Domaine Dhommé

Le terroir des bords de Loire

Le Vignoble d'Anjou et de Saumur :

La richesse exceptionnelle du vignoble d’Anjou et de Saumur, offre un paysage atypique et une diversité des vins extraordinaires.
La Loire, fleuve témoin de l’Histoire, où l’on trouve les villages de tuffeau ainsi que de célèbres châteaux (Montsoreau, Saumur, Angers, châteaux de Serrant …).

La douceur Angevine :

Le département est situé sur un grand fleuve, « la Loire ». Le climat chaud en été, tempéré l’hiver sous une pluviométrie mesurée caractérise la fameuse « douceur angevine ».

C’est au confluent de la Loire et du Layon que se situe Chalonnes sur Loire. Ici apparaissent les premiers reliefs du vignoble classé sur les aires d’appellation « Coteaux du Layon » et « Anjou Villages », et en face, sur la rive droite du fleuve, le célèbre cru « Savennières »

Terroir :

Leur vignoble est réparti sur une superficie de 25 ha, est constitué des cépages angevins privilégiés que sont le chenin blanc et les cabernets franc et sauvignon, auxquels s’ajoutent quelques parcelles de chardonnay, grolleau, gamay, pinaut d’Aunis et noir. 
Les sols sont de nature argilo-limoneux sur des roches de schistes bruns à noirs mêlés ici ou là à des variantes de quartz et de grès.

Savennières : Terroir d’exception en rive droite de la Loire. L’exposition sud-est, la nature des sols fortement influencée par les sables limoneux éoliens et la roche mère de schiste vert et quartz sont des précurseurs très qualificatifs de ces prestigieux vins.

Culture de la vigne en Agriculture Biologique

Parce que eux aussi, ils croient en la nécessité de protéger l’environnement et la santé de tous, Ils sont certifiés en Agriculture Biologique depuis le millésime 2014. Quoi qu’en soient les contraintes et les risques, ils les assument de leur mieux.

TRAVAIL DE LA VIGNE :

Les cépages : Chenin, Cabernet Franc, Cabernet Sauvignon, Gamay, Grolleau, Pineau d’Aunis, Chardonnay. (Dans l’ordre des proportions) 

La taille : guyot double à courts bois : technique qui convient en effet surtout pour les cépages productifs (chenin, grolleau, gamay).
On laissera donc moins de bourgeons à la taille, pour diminuer la production et améliorer la concentration et la typicité des raisins.
Le bois de taille est broyé dans les rangs pour, ainsi, restituer la matière organique.

Les travaux en vert :
  • L’ébourgeonnage : il s’effectue manuellement à deux ou trois reprises avec dédoublage si nécessaire. Cela consiste à supprimer certaines pousses indésirables (gourmands, double et triple bourgeons). Cette méthode permet de réguler et adapter la production tout en soignant la conduite des ceps.
  • Le palissage : Il nécessite l’installation de piquets portant quatre fils dont deux mobiles.
    • 1ére étape : relever les fils mobiles et les accrocher de chaque côté des piquets pour fixer les jeunes rameaux en palissades.
    • 2ème, 3ème, 4ème étape : rectifier la fixation des rameaux récalcitrants.
  • Le rognage : Il est effectué mécaniquement en trois ou quatre passages. Il consiste à arrêter l’allongement des rameaux à une certaine longueur pour éviter une vigueur excessive qui serait nuisible à la maturation du raisin. Le rognage facilite donc le passage des machines et permet d’améliorer le mûrissement des grappes de raisin.
  • L’effeuillage :  mécanique et manuel (un passage assez précoce, après la floraison et la nouaison et sur toutes les vignes adultes, puis des corrections sont faites par effeuillage manuel sur certaines vignes).
TRAVAIL DU SOL :

La densité de plantation du vignoble est de 5000 à 5500 ceps/ha. Le sol est généralement assez pierreux et argileux, ce qui complique le travail du sol. La détermination du moment idéal pour chaque opération reste un souci récurent pour que le sol soit respecté le plus possible tout en contrôlant l’enherbement.

  • Le désherbage se fait mécaniquement en travaillant le sol sur tous les rangs, soit  alterné avec un gazon permanent selon la fertilité du sol.
  • L’entretien du cavaillon (espace entre chaque cep) est le travail le plus difficile et le plus délicat, la priorité étant de travailler au plus près des ceps sans les blesser. Cette opération se réalise à l’aide d’outils à lames, à disques ou à charrues, munis de palpeurs.

Selon la réserve hydrique de la parcelle, il est possible de laisser de l’enherbement afin de limiter l’érosion, favoriser la création d’un écosystème et réduire les risques de compaction du sol.

  • La fertilisation : le maintien de la fertilité des sols est obtenu par l’épandage ponctuel de compost et par la pratique d’engrais verts. Dans ce cas, il s’agit de semer en fin d’été dans les inter-rangs travaillés (1 rang sur 2), des plantes comme la moutarde, le radis fourrager ou encore une légumineuse comme la féverole (qui permet la fixation de l’azote de l’air). Celles-ci vont se développer et constituer un couvert végétal durant l’automne et l’hiver. Puis en avril elles sont broyées et réintégrées au sol. Cette masse considérable de matière organique contribue à la vie biologique et à la fertilité du sol. 
  • La protection de la vigne contre les maladies et parasites : En culture Bio, les vertus de la biodiversité sont privilégiées.
    Toutefois deux maladies, le mildiou et l’oïdium demeurent la problématique récurrente et nécessitent des traitements préventifs dont l’efficacité n’est pas toujours assurée.  
    Pour cela, seul l’emploi de produits issus de la nature est possible, ce qui exclut tout recours à des substances de synthèse.
LA SAISON DUPONT BIO
AOC ANJOU ROUGE 2018 « Cuvée les Perrays »

Le terroir :
Cépage : Cabernet franc
Sol : Argilo-limoneux
Sous-sol : Schiste brun

La technique :
Egrappage et Macération 8 jours
Fermentation lente basse température en cuve inox
Filtration sur terre
Degré alcoolique : 12,5°

La dégustation :
Robe rubis foncé, nez aux notes de fruits rouges.
La bouche associe les fruits aux tanins et présente un bel équilibre entre finesse et rondeur.

Les accords mets et vins :
Viandes rouges et blanches, fromages

Service : 14 – 16°C, à déguster dans les 5 ans.

AOC ANJOU GAMAY 2019 « Cuvée le pressoir rouge »

Le terroir :
Cépage : Gamay Noir à jus blanc
Sol : Argilo-limoneux
Sous-sol : Schiste brun

La technique :
Récolte manuelle
Macération carbonique puis fermentation lente basse
température en cuve inox
Filtration sur terre

La dégustation :
Nez gourmand de petits fruits rouges. Tendre et souple en bouche, il peut être apprécié dès maintenant.

Les accords mets et vins :
Les légumes du soleil, la charcuterie. Peut se déguster
légèrement frais pendant les beaux jours.

Service : 13 – 15°C, à déguster dans les 3 ans.

AOC ANJOU 2020 « Cuvée Chenin sec »

Le terroir :
Cépage : Chenin
Sol : Argilo-limoneux
Sous-sol : Schiste brun

La technique :
Récolte manuelle grains dorés
Ensemencement à partir d’un pied de cuve.
Fermentation lente basse température en cuve inox.
Mise en bouteille janvier après la récolte
Filtration sur terre. Degré alcoolique : 12,5% vol

La dégustation :
Le nez exprime les fleurs blanches. Équilibré et légèrement citronné en fin de bouche.

Les accords mets et vins :
Apéritif, fruits de mer et poissons.

Service : 6-8°C, à déguster dans les 3 ans

Domaine Dhommé

Pour retrouver le site du Domaine Dhommé